Pour survivre, le secteur de l’énergie a besoin du bon type de transformation

Share
Share

Avec le passage à un avenir à faible empreinte carbone, le secteur de l’énergie ne peut pas continuer ses activités habituelles. Le changement climatique exige une transformation radicale, dans laquelle la numérisation va jouer un rôle important. Mais comment les entreprises doivent-elles aborder cette transformation, alors qu’elles n’y ont perçu aucun avantage jusqu’à présent ?
Les marchés de l’énergie sont de moins en moins prévisibles. Avec une concurrence plus féroce, une complexité accrue et une surveillance réglementaire renforcée, l’évolution technologique est aujourd’hui essentielle pour améliorer l’efficacité et répondre aux besoins supérieurs de capacité supérieure de demain.
Le Department for Business, Energy and Industrial Strategy (Département des Affaires, de l’Énergie et des Stratégies Industrielles) du Royaume-Uni estime que d’ici 2050, l’amélioration de la flexibilité grâce à la numérisation pourrait entraîner une réduction des coûts globaux allant jusqu’à 14 milliards de dollars par an.
Les bénéfices sont sous pression dans l’ensemble du secteur, la marge d’erreur diminue donc rapidement. La survie d’une entreprise dépend probablement de sa capacité à adopter la numérisation.
McKinsey explique : « Les entreprises du secteur de l’énergie n’ont pas réussi à générer une grande valeur commerciale avec le numérique, car leurs approches ne tiennent pas compte des défis uniques qu’elles rencontrent, ce qui crée une inertie extraordinaire ».
« La rupture de cette inertie exige des mesures beaucoup plus audacieuses par rapport à celles que les entreprises du secteur de l’énergie ont pu prendre jusqu’à ce jour. Elles doivent s’engager dans la transformation. »
L’engagement est une chose, mais savoir quoi transformer est tout aussi important. Que doivent donc faire les entreprises du secteur de l’énergie pour réduire les coûts d’exploitation et prendre de l’avance dans la course mondiale à l’électrification ?
L’analyse des données est fondamentale. Comprendre les clients permet de créer des produits et des services qui répondent à la demande. L’adoption accélérée nécessite des partenariats autour de nouveaux écosystèmes qui facilitent l’échange de services, de données et d’informations grâce à l’utilisation optimisée des technologies Open Source.
Les entreprises du secteur de l’énergie doivent également acquérir de nouvelles compétences et de nouveaux savoir-faire. Cela implique de développer un pipeline de talents basé sur de nouvelles applications technologiques passionnantes.
Une fois ces éléments en place, l’inertie évoquée par McKinsey peut être remplacée par la numérisation de la production, de l’approvisionnement, de la maintenance et de l’interaction avec les clients. Les fournisseurs peuvent vraiment se centrer sur le client, et conserver et construire facilement des bases de clients fidèles avec des possibilités de personnalisation. Le secteur de l’énergie se définit de moins en moins par le déplacement de carburants, ce qui permet d’orienter les investissements vers de nouveaux cas d’utilisation opérationnels pour favoriser l’optimisation et l’efficacité.
Les solutions d’intelligence artificielle constituent la dernière pièce du puzzle. Elles permettent de s’y retrouver dans la complexité croissante d’un marché inondé par les carburants alternatifs, les sources d’énergie distribuées et une demande aléatoire, et elles assurent un bon niveau de préparation aux sinistres grâce à des fonctionnalités telles que la modélisation des événements météorologiques. Selon PwC, l’intégration de technologies numériques telles que l’IA dans le secteur de l’énergie pourrait augmenter le PIB mondial de 5,2 milliards et entraîner une réduction allant jusqu’à 4 % des émissions mondiales de carbone.
Pourtant, tout cela repose en grande partie sur la mise à disposition de solutions par des partenaires spécialisés en logiciels Open Source, pour obtenir une meilleure agilité, créer des outils et répondre à la demande d’un avenir « prosommateur ». En gérant tous les périphériques en Edge et intégrés depuis un emplacement unique, les entreprises du secteur de l’énergie seront en mesure d’offrir une cohérence, des performances, une fiabilité et une sécurité accrues.
Cela implique l’intégration de fonctionnalités Cloud pour prendre en charge les environnements de travail hybrides. Les clients profitent d’une expérience client améliorée et d’une meilleure préparation aux situations d’urgence. Les fonctionnalités d’IA du Edge permettent de générer des rapports plus rapidement, d’automatiser les flux de travail et de réduire le délai de rentabilisation pour les problèmes critiques.
En tant que leader en matière de solutions intelligentes d’edge computing, SUSE est parfaitement placé pour favoriser l’informatique en cloud hybride, la transformation cloud native et l’utilisation de SAP.
SUSE offre le système d’exploitation Linux le plus adaptable et la seule plate-forme ouverte de gestion Kubernetes. Grâce à nos solutions de Edge, vous pouvez mener votre transformation selon vos propres priorités, dans tous les types d’environnement : multi-cloud, sur site ou cloud hybride.
Si vous souhaitez discuter avec l’un de nos experts ou découvrir comment SUSE peut vous aider à réussir votre transformation numérique sur le long terme, n’hésitez pas à nous contacter.

Share
(Visited 1 times, 1 visits today)
Victor Estival
302 views
Victor Estival

Victor Estival is a Technical Marketing Manager at SUSE. Victor has been in the IT industry since 2002 and previously he worked for IBM, Canonical, Red Hat and Microsoft.